l’accompagnement artistique

Cheminer avec les artistes La première mission des Tombées de la nuit est d’accompagner les artistes en création. La structure ne propose pas de lieu de résidence, mais a inventé un compagnonnage nomade et à la carte, basé sur l’écoute et la discussion.

Le scénario aurait pu être simple : la structure invite des artistes à travailler dans son lieu de résidence, de telle à telle date. L’équipe envoie une feuille de route et, de temps en temps, passe sa tête dans l’entrebâillement de la porte pour voir ce qui se passe. La réalité est plus informelle, plus bigarrée : des heures de discussions et d’écoute pour aider un artiste à faire émerger son projet, des kilomètres de repérages sur le terrain, des coups de fils ici et là pour lui réserver une salle de travail ou l’aider à déjouer une barrière technique. « On revendique les résidences d’artistes même sans lieu, affirme Claude Guinard, directeur du festival. C’est un accompagnement d’un autre type. » En forme de voyage à Rennes. En travaillant avec des créateurs curieux et découvreurs, qui font apparaître un fantôme sur le canal ou faire un domino géant avec des blocs de béton cellulaire, rien ne pouvait être écrit à l’avance. Pour le festival, l’accompagnement des artistes n’a pas pour but de valider un spectacle déjà tout prêt. « On est un espace d’écoute où les artistes peuvent venir faire état de leurs idées naissantes, explique l’équipe des Tombées. On autorise le doute, les recherches et les tentatives. »

En programmant beaucoup de premières et de nouvelles créations, les TDN acceptent d’essuyer les plâtres. Les échanges et nombreuses rencontres avec les compagnies, le temps que l’équipe passe à voir et commenter de façon constructive des spectacles en cours de création, font partie de la façon dont celle-ci conçoit l’accompagnement. Aiguiller vers des lieux et des gens Soutenir les artistes, c’est aussi les guider dans la ville. « On passe du temps à leur faire profiter de notre connaissance intime des lieux, retrace Claude Guinard. Pour que leur dialogue avec le territoire serve ou questionne leur projet, les aide à aller plus loin. » Une aide au cheminement in situ, qui peut parfois porter sur les aspects techniques des spectacles dans l’espace public, dont le festival est devenu spécialiste. L’équipe épaule encore l’artiste dans la construction de son rapport au public : « Notre savoir-faire sur la manière de travailler avec les habitants peut ouvrir et aider son écriture. On réfléchit avec lui à comment convier et faire participer le public ». Aux Tombées de la nuit, l’artiste réside, mais pas immobile.

Cette saison, les Tombées de la nuit ont notamment accompagné les artistes suivants pour leur aventure dans l’espace public : Etienne Saglio, La Caravane compagnie, la GK collective, Jean-Baptiste André, le Radeau Utopique, la Mo compagnie…